ESPACE-ECHECS, le site de la COJELI : COnfrérie des Jouteurs d'Echecs Libres de l'Informatique

La seule confrérie de joueurs d'échecs par correspondance liés par une charte au beau jeu et au plaisir de la recherche personnelle. Les Chevaliers de la Confrérie jurent chacun sur l'honneur de ne faire appel à aucune assistance extérieure, informatique ou bibliographique au cours de leurs Joutes. 100% pur jus de l'esprit humain. La victoire n'en est que plus belle !

Puzzle d'échecs - Mat en 3, trait aux noirs

Mat en 3 : trait au noirs

Problème tactique d'échecs - Mat en 2, trait aux blancs

Mat en 2 : trait au blancs

Puzzle tactique d'échecs - Mat en 3, trait aux blancs

Mat en 3 : trait aux blancs

La Confrérie COJELI a été fondée le 13 décembre 2001

"En vertu des pouvoirs qui me sont conférés par la nécessité actuelle de réagir à l'usage barbare de l'outil informatique dans l'univers des échecs, fierté de l'esprit humain destinée à la gloire de l'esprit humain, je déclare ouvertes les JOUTES, parties jouées SANS AUTRE INSTRUMENT QUE L'ESPRIT HUMAIN, et j'inaugure par la même occasion la création d'une Confrérie des Joueurs d'Echecs Libres de l'Informatique (COJELI) en ce jeudi 13 décembre 2001. " Extrait du post de Dragon Blanc sur www.france-echecs.com.

L'idée est partie de la nécessité de regrouper en une confrérie des joueurs d'échecs par correspondance de tous niveaux soucieux de rejeter toute forme d'abus propre à cette forme de jeu.

Chaque membre de la confrérie prête serment solennellement et sur l'honneur de ne recourir à aucune forme d'assistance extérieure, qu'elle soit sous la forme de moteur d'analyse, de bases de données ou même de livre d'ouvertures ou de finales durant les parties de la confrérie. L'objectif étant de laisser le jugement et la capacité d'analyse de chaque joueur être seuls juges de la progression de la partie.

Cette démarche a fait l'objet d'une charte rédigée par le Chevalier Cheikhmat.

Attention: ce serment n'oblige pas à l'abandon pur et simple de tels outils, qui peuvent être importants pour progresser par ailleurs. Mais le chevalier s'interdit de consulter les variantes d'une ouverture ou d'une finale en cours, de rechercher dans les bases les parties qui pourraient lui être utiles dans une partie en cours, d'analyser par ordinateur les coups d'une partie en cours, de solliciter l'avis d'un tiers sur une partie en cours etc...

Somme toute, Les chevaliers se placent dans des conditions similaires au jeu à la pendule, si ce n'est qu'ils ont le droit de recourir à un échiquier d'analyse.

Par ailleurs, être chevalier procède d'une démarche de loyauté et d'honnêteté qui s'étend au delà de la confrérie. Ainsi, dans les parties extérieures aux tournois de la COJELI, le chevalier, s'il souhaite jouer avec assistance, se doit d'en prévenir loyalement son adversaire au préalable.

A ce jour, 5 février 2002, près de 40 chevaliers jouteurs ont prêté serment, et le premier tournoi a commencé sur www.echecs.com. Mais les inscriptions ne sont pas closes et tout joueur honnête désireux de promouvoir le jeu sur les seules bases des capacités personnelles est le bienvenu, des tournois seront mis en chantier bientôt.

Tout candidat à la COJELI ("écuyer") doit décliner son identité et rédiger son serment en toutes lettres (voir les modalités d'inscription). Il est possible d’adhérer à la confrérie sans pour autant souhaiter jouer dans les tournois.

Sa candidature sera proposée aux autres chevaliers. Si il y a un seul refus, la candidature sera rejetée. Dans le cas contraire, l'"écuyer" sera adoubé "chevalier jouteur".